La respiration dorsale basse

 Base de la biomécanique respiratoire

MISE EN GARDE

  • Cette partie de texte explique très brièvement les avantages que peut apporter la respiration dorsale basse (RDB) dans le contexte de la Covid19.

  • Les résultats peuvent varier d’une personne à l’autre car l’utilisation optimale de la respiration dorsale basse (RDB) demande une évaluation clinique précise et d’autres interventions plus précises au niveau de la biomécanique respiratoire. Elle représente une très faible proportion des interventions cliniques en rééducation respiratoire qui exige une formation complète.

  • En tenant compte de l’urgence actuelle, les éléments contenus dans ce diaporama pourraient assurément apporter un support précieux.

  • C’est un exercice simple, comme se laver les mains, mais qui apporte des bénéfices si il est mis progressivement en pratique et répéter.

 

Inspiration abdominale à éviter!

« La respiration abdominale et diaphragmatique peut aggraver les synchronismes ventilatoires et provoquer des distorsions thoraciques avec survenue de mouvements respiratoires paradoxaux. »

1. Augmentation de la lordose lombaire

2. Fermeture du thorax supérieur

3. Fermeture des côtes inférieures ou augmentation de l’effort inspiratoire pour les ouvrir

 

La respiration dorsale basse base de la biomécanique respiratoire

Se pratique couché assis, en se penchant, debout, en marchant

• En Centre Hospitalier danst ous less ervices 

• En soins à domicile

• En soins palliatifs et de fin de vie

• À lamaison, dans les activités physiques

Gestion du stress des professionnels soignants reproductible chez les patients

 

AGIR AVEC SOIN :

  1. D’abord libérer notre respiration pour améliorer notre bien- être

  2. Pour mieux aider notre patient par la suite.

         Objectifs

  • Maximiser la ventilation des bases pulmonaires, plus larges en postérieur, souvent diminuée par la respiration abdominale et limitée par les maladies pulmonaires et le stress chronique systémique

  • Favoriser l’ouverture essentielle des dernières côtes à l’inspiration et leur fermeture en expiration 

  • Prévention de problèmes respiratoires chez le personnel soignant

  • Gestion du stress du personnel soignant

  • Diminution de l’anxiété

  • Diminution de la fatigue

  • Reproductible chez toue le monde

  • Éviter l’hypoventilation des bases et des sommets pulmonaires

  • Stabiliser la fonction pulmonaire

  • Éviter certaines complications avant intubation

  • Peut permettre une extubation plus rapide

  • Favoriser le rétablissement plus rapide après la phase aigue (respiratoire, musculaire, marche et activités physiques)

 

RESPIRATION DORSALE BASSE

1ère étape "Inspiration intérieure"

  • Inspiration courante normale sans forcer.

  • Visualiser tout simplement que l’air va dans les lobes supérieures des poumons indiqués par les flèches

Couché sur le dos  2e étape

Expiration lente, de plus en plus profonde

  • Faites une inspiration courante normale, intérieure, sans forcer (étape 1)

  • Expirez lentement en rapprochant délicatement les omoplates (pas plus de 1 cm)

  • À la fin d’une expiration relâchez le ventre

  • Réinspirez plus profondément en pensant à respirer par le dos du sacrum jusqu’au clavicules

  • Refaites régulièrement assis, debout, en marchant, en vous penchant tout au long de la journée

RESPIRATION DORSALE BASSE EN POSITION ASSISE

Tronc fléchi de 10 degrés environ
Faire couché, debout, en se penchant, en marchant, dans les escaliers

Inspiration normale intérieure

Expiration en rapprochant les omoplates (1 cm)

Relâchement du ventre à la fin de l’expiration

Inspiration profonde en appui dorsal

 

 

Références bibliographique

Ferrucci P., L’art de la gentillesse, Robert Laffont, Paris 2004, p.92-9

Van Eersel P. Votre cerveau n’a pas fini de vous étonner, Albin Michel, 2012, p.

Maître B., Salmeron S., Valeyre D., Pneumologie, 2e édition, Lavoisier, Médecine et Sciences, Paris, 2014, p.2

Danion F., Marin L., Neurosciences comportementales, Ellipses, Paris, 2019, 288p

Tardan –Masquelier, Y., « LE YOGA DU MYTHE À LA RÉALITÉ » Droguet et

Ardant, Paris, 1991, p.88

Hesbeen,W., La réadaptation – Du concept aux soins, Editions Lamarre, Paris, 1994, p.45.

Ninane V. 1993

Werbeck-svärdström, V. « L’école Du Dévoilement De La Voix » P. 177

Dakin,J. Kourteli E., Winter R., Maîtriser les épreuves fonctionnelles respiratoires, Masson, 2007, p.56

Graf Dürckheim K., HARA, Le Courrier du Livre, Paris, 1974, p.164

respiratoire, Masson, 3e édition, 1976, p.168- Actualisation de 169,

A.L. Maccagno,Rééducationrespiratoire,Masson,3eédition,1976,p.67. 13. Haas A., Rusk,H.A., Kinésithérapie et rééducation respiratoire, Premier colloque internationnal. Octobre 1977, p.32

Pelletier, K. « Le pourvoir de se guérir ou de s’auto-détruire», Québec Amérique 1984, P.233

André C., Votre cerveau n’a pas fini de vous étonner, Albin Michel, 2012, p.145 

 Royer S.A., La marche afghane pour tous, Thierry Souccar Éditions, Vergèze, 2018, p.79

 

 

Benoît Tremblay

benoitrespiratoire@gmail.com

www.pneumacorps.com

 "Mieux respirer pour mieux vivre à chaque instant !"

Ateliers PneumaCorps en petit nombre

 

Réduire le surplus de tensions logées à notre insu partout dans notre corps à travers des mobilisations et des exercices simples mais très efficaces. Et ce parce que TOUT le corps est impliqué dans le mouvement respiratoire

Parallèlement donner une nouvelle direction tant physique que comportementale à la place des tensions existantes pour retrouver un APPUI intérieur de plus en plus adéquat en fonction de chacun

Des doigts tordus ou les pieds qui pointent quand nous sommes couchés, tant de manifestations insoupçonnées du stress chronique qui réduisent notre mouvement respiratoire ...et sans que nous nous en rendions compte !

 

Pourquoi cette approche?

  • Parce que notre respiration est réduite par notre façon de vivre et qu'il est de plus en plus urgent de s'en occuper pour soi et pour un monde meilleur
  • Parce que ÊTRE SOUS PRESSION est devenu le mécanisme qui nous fait sentir vivant
  • Parce que la concentration réduite à la fixation sur un seul point pendant une activité induit parfois à un arrêt de la respiration, sans que nous nous rendions conte
  • Parce que de plus en plus de gens qui font du sport et qui ont de problèmes respiratoires.
  • Parce qu'il est à la portée de tout le monde de reconnaitre chez soi les bienfaits d'une respiration naturelle libre et de cheminer vers le choix de ralentir, prendre conscience, accueillir et changer la façon de vivre
  • Parce que apprendre à se servir ainsi du mental "en mouvement "pour garantir un lien entre le corps, le cœur, les autres et vivre son propre potentiel avec le moins de perte énergétique EST un travail au service de la Vie

Où ? 

Espace Cajoleur, chez vous, sur votre lieu de travail

Quand ?

Les lundis, mardis, mercredis  et vendredis après-midi et en soirée à Espace Cajoleur

Veuillez me contacter via mail dans un premier temps pour trouver un arrengement